Unknown

17°C 27/05/2018

Discours Commémoration du 8 mai 1945

Commémoration du 8 mai 1945

 

Madame Eliane JARYCKI Conseillère Régionale représentant Madame Carole DELGA Présidente du Conseil Régional.

Mesdames et Messieurs les élus.

Messieurs les Présidents d'Associations d'Anciens Combattants et du Souvenir Français.

Messieurs les porte-drapeaux.

Messieurs les Représentants de la Gendarmerie Nationale.

Mesdames et Messieurs les Représentants des Pompiers.

Mesdames et Messieurs les Présidents d'Associations Vinçanaises.

Mesdames, Messieurs les membres du conseil municipal.

Mesdames et Messieurs, chers enfants.

 

Le 8 mai 1945, il y a donc aujourd’hui 73 ans, l'Allemagne nazie capitulait après 5 années d'un terrible, douloureux et cruel conflit.

Cette victoire de 1945 qui refermait la page sans doute la plus noire de l'histoire de l'Europe, nous la devons à nos alliés, à la Résistance, à tous les martyrs connus ou anonymes, sans oublier notre armée Française renaissante.

   Le 8 mai 1945 : la Victoire !

 

Plus de 50 millions de victimes ! Auxquelles viennent s’ajouter 35 millions de blessés et 3 millions de disparus… Ces chiffres démontrent une réalité : six longues années de guerre entre les peuples, six années de privations, six années d’occupation de notre territoire national, d’exactions durant lesquelles l’Europe fut mise à feu et à sang sous le joug nazi.

L’Europe a subi l’ignoble : l’extermination de tout ce qui est différent, tout ce qui s’élevait contre un système politique et social construit sur des fondements abjects, avec comme règle, la stigmatisation de l’étranger, l’inégalité des droits basée sur une hiérarchisation en fonction de l’origine, le non-respect de la différence de mode de vie ou de pensée…

Cette commémoration est donc d’abord notre recueillement pour toutes les victimes de l’ignominie.

Hommage aux militaires, tombés au combat, sous les bombes, prisonniers.

Hommage aux civils, pourchassés, déportés, victimes de l’antisémitisme, du racisme, de l’obscurantisme parce qu’ils étaient juifs, communistes, tziganes, francs-maçons, homosexuels, handicapés... ou opposés à l’occupation nazie sur notre territoire.

Cette commémoration est aussi  un rappel pour combattre, toujours, toutes les discriminations et surtout toutes les organisations, associations et  partis politiques prônant de manière radicalement ouverte, ou sournoise, la classification des humains en « races », origines ou religions, entendant la sous-humanité de certaines, voire la nécessité de leur éradication.

La déportation, les camps de concentration et d’extermination et les crimes contre l’humanité de l’État Nazi lors de la seconde guerre mondiale s’est organisée massivement sur cette classification ignoble, en exterminant aussi ceux qui ont lutté contre lui.

Tout cela a cessé, il y a plus de 73 ans maintenant, grâce au courage, notamment, de celles et ceux qui contribuèrent à la victoire, aux heures les plus sombres de notre Histoire, en choisissant, au péril de leur vie, la résistance et le combat.

Grâce à la grandeur de ceux qui ont fait ce choix quand d’autres sombrèrent dans l’abjecte collaboration avec l’ennemi nazi.

Grâce aussi à la mobilisation générale, sans pareil, des alliés de la France.

Pour beaucoup d’entre nous, pour vous, enfants de Vinça, 73 ans c’était il y a bien longtemps.

Alors je veux vous dire comment l’ignoble est venu. Dans une Allemagne majoritairement social-démocrate et communiste, dans les années 30, les nazis ont obtenu 30% des suffrages, avec un programme politique discriminant, de haine, de rejet de l’autre, en 25 points.

5 mois après Hitler était chancelier. 1an après le nazisme était institué. 10 ans après : des millions de morts, héritage d’un régime fondé sur le racisme…

En disant cela, au regard de l’actualité nationale et internationale, nous ressentons immédiatement la fragilité de notre démocratie.

C’est bien des leçons de l’Histoire que l’on tire les enseignements du présent, pour préparer l’avenir sans jamais oublier ceux qui sont morts.

C’est à la jeunesse sacrifiée par la guerre, il y a plus de 73 ans, à cette génération de combattants et de résistants, que nous devons notre liberté, la paix et notre France.

La France, c’est le suffrage universel et la démocratie, l'égalité des droits entre tous les citoyens, le respect des libertés fondamentales dont le droit à la libre expression, la laïcité fondée sur la séparation de l'église et de l'État et la liberté de culte dans la sphère privée, la sécurité sociale et l’éducation pour tous...

La France, c’est le pays de l’émancipation et de l’égalité des hommes et des femmes, c’est la terre de refuge des victimes des dictatures et autres barbaries, c’est l’interdiction de l’esclavage, c’est la suppression de la peine de mort…

Plus de 73 ans après l’ignoble, notre France paraît une évidence aujourd’hui pour beaucoup. Alors, parfois, on critique : mais parce que nous avons cette Liberté, ce droit au débat…Souvent, on voudrait mieux faire mais cette possibilité, nous l’avons parce que nous avons droit à imaginer plus loin que le lendemain pour nous-mêmes, notre famille, nos amis,…

Cette évidence qu’est notre France, souvenons-nous de son prix et mesurons sa fragilité !

Alors oui ! Je vous invite à y penser toujours, à le répéter sans cesse : il ne peut pas exister plusieurs niveaux de liberté, ou plusieurs types d’égalité en fonction de critères établis par quelques-uns !

Les valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité ne sont pas négociables, jamais ! Elles sont à atteindre, pleinement.

Vous, les plus jeunes, qui êtes nombreux aujourd’hui aux côtés des anciens combattants de Vinça, vous qui prenez progressivement, en grandissant, la responsabilité de la France : face à tout relent de haine, de fanatisme, de lâcheté, indignez-vous ! Agissez toujours ! Soyez fiers d’être français, soyez dignes de nos ainés, soyez reconnaissants envers celles et ceux qui nous ont défendus et qui nous défendent encore aujourd’hui en France et partout dans le monde.

Faites vôtre ce souhait de Stéphane Hessel:

« Je vous souhaite à tous, à chacun d'entre vous, d'avoir votre motif d'indignation. C'est précieux. Quand quelque chose vous indigne, comme j'ai été indigné par le nazisme, alors on devient militant, fort et engagé. On rejoint le courant de l'histoire et le grand courant de l'histoire doit se poursuivre grâce à chacun.»

C’est bien la responsabilité de chacune et chacun d’entre nous de faire que les valeurs que nous partageons et qui contribuent à ce que nous vivions ensemble en paix, en liberté, en fraternité, que ces valeurs soient durables.

Malheureusement, lorsque nous ouvrons notre regard autour de nous, nous constatons que nous sommes toujours confrontés en France et dans certaines régions du monde à des idéologies qui se nourrissent de ces ingrédients de la haine, et portent fondamentalement atteintes aux Droits de l’Homme.

Je pense évidemment aux terroristes de l’Etat islamique et de toutes les mouvances qui s’y rattachent. Ils sont une réelle et dangereuse menace pour notre pays et le monde. C’est ensemble que nous devons lutter contre ces terroristes, leur idéologie et leurs pratiques barbares d’un autre siècle.

Ce n’est pas la seule idéologie qui menace notre pays et l’Europe, je pense à la progression des mouvements nationalistes. Nous devons rester vigilants pour que la paix ne soit pas de nouveau remise en cause par des mouvements politiques guidés par l’intolérance, la haine de l’étranger et le rejet de tout ce qui est différent.

Vous l’avez compris, la défense des valeurs qui nous unissent, des Droits de l’Homme, de tout ce qui permet à chaque individu de vivre dignement, est et doit rester un combat de tous les jours en France, en Europe mais aussi dans le reste du monde.

Je vous invite à transmettre autour de vous l’importance de défendre tout ce qui contribuera à être toutes et tous libres et égaux, tout ce qui nous aidera à être unis et permettra à chacune et chacun de vivre dignement et en paix.

Faites attention toujours à ce qui vous entoure, soyez vigilants, mais aussi confiants en vous-mêmes individuellement et aussi collectivement, car vous êtes la France, celle d’aujourd’hui et celle de demain.

Vous toutes et tous, dans toute votre diversité, par-delà toutes les générations, participez activement à ce que notre peuple n’oublie jamais !

Avec la ferme volonté que la chaîne de la mémoire ne s’interrompe jamais.

Je tiens à remercier les associations d’anciens combattants présentes aujourd’hui, elles perpétuent le souvenir de ces terribles moments de notre histoire.

Je veux également remercier pour leur présence à cette cérémonie, les représentants des sapeurs-pompiers de la gendarmerie nationale. Les portes drapeaux des associations d’anciens combattants, l’harmonie fanfare de Vinça et surtout les enfants et leurs enseignants présents.

 Vive la Paix, Vive la République,

Vive l’Europe, Vive la France,

Visca Vinca, per ara i sempre.

René DRAGUÉ

 

Don du sang

INSCRIPTION ÉCOLE MATERNELLE

Enfants nés en 2015

Mardi 15 mai de 9h15 à 17h

Mardi 22 mai de 9h15 à 17h

ou Rendez-vous  au 0468058453

Enfants nés en 2015

Enfants nés en 2015

 

Mardi 15 avril

 

et Mardi 22 avril

 

 de 9h15 à 17h00

Mardi 15 avril

 

et Mardi 22 avril

 

 de 9h15 à 17h00

 


Bulletin n°19 - Décembre 2017
Lire la publication

Bulletin n°18 - Juillet 2017
Lire la publication

Bulletin n°17- Janvier 2017
Lire la publication